NF_L 2

Christophe Rivenq prend position pour une candidate à la députation (Objectif Gard)

Ce mardi après-midi, le temps d’une photo réalisée dans les jardins du Bosquet, Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération, a affirmé son soutien à Valérie Martre (UDI), candidate de l’union de la Droite et du Centre aux élections législatives sur la 4e circonscription. « Logique », dit-il.

Article par Objectif Gard : https://www.objectifgard.com/2022/05/31/limage-christophe-rivenq-prend-position-pour-une-candidate-a-la-deputation/

Article de Corentin Migoule

Le moment fut bref et se voulait « clair ». Ce mardi après-midi, peu après 15 heures, Valérie Martre, candidate (UDI) aux élections législatives sur la 4e circonscription, a reçu le soutien officiel de Christophe Rivenq, patron des Républicains du Gard, lequel a posé aux côtés de la candidate et de son suppléant Cyril Tondut le temps d’une photo réalisée dans les jardins du Bosquet.

« En tant que président de la fédération des Républicains du Gard, il aurait été saugrenu que je ne m’engage pas pour Valérie Martre », a tranché le premier adjoint de la ville d’Alès. Max Roustan, LR de la première lui aussi, s’y est pourtant refusé, prenant fait et cause pour Jean-Pierre De Faria. Un choix de l’amitié plutôt que de la cohérence pure et dure des idées. « C’est un choix personnel. Quand il s’est retiré pour des raisons de santé, Max Roustan avait fait la promesse de soutenir la candidature de Jean-Pierre De Faria, mais Paris en a décidé autrement », rejoue Christophe Rivenq, qui fait prévaloir les accords nationaux parisiens.

« Il faudra distribuer les gifles »

À en croire le dernier nommé, l’investiture UDI aurait à l’époque dû revenir à Philippe Ribot. Mais le maire de Saint-Privat-des-Vieux a quitté sa famille politique initiale pour rallier la majorité présidentielle, laissant la voie libre à Valérie Martre qui n’était visiblement pas un premier choix. « Je suis ravie d’avoir le soutien de Christophe Rivenq. Je suis l’unique candidate officielle de l’union de la Droite et du Centre », s’est contentée de commenter l’adjointe à la Communication à la mairie de Saint-Christol-lez-Alès.

Et le président d’Alès Agglo d’enfoncer : « Je suis très clair dans cette affaire depuis le départ. J’ai beaucoup d’amis qui sont candidats : Philippe Ribot, Jean-Pierre De Faria, Dominique Passieu. Mais je suis président des Républicains du Gard, la plus grande famille d’opposition aux extrêmes, qui se devait d’aligner un candidat sur cette circonscription importante. Je n’ai donc aucun état d’âme à soutenir la candidature de Valérie Martre. »

S’il croit l’union de la Droite et du Centre capable de rafler jusqu’à 70 circonscriptions dans toute la France en raison de la nomination d’une femme de Gauche, Élizabeth Borne, en qualité de Première ministre, ce qui « devrait convaincre beaucoup d’électeurs partis chez Macron de revenir chez nous (LR-UDI, Ndlr) », le premier adjoint de la ville d’Alès ne se leurre pas. Face à la multiplication des candidatures estampillées à Droite sur cette 4e circo’, le dernier nommé s’attend au « pire« . « On verra si ce que j’ai prédit se produit. Mais certains devront sans doute assumer les conséquences de leurs actes et il faudra distribuer les gifles ! » Au soir du 12 juin, d’aucuns passeront sûrement la soirée avec une peur bleue de finir avec la joue rouge.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Aller au contenu principal