NF_L 2

Xavier Bertrand : « On a la possibilité d’inverser les tendances » (L’Est Républicain)

Article par L’Est Républicain : https://www.estrepublicain.fr/politique/2022/03/30/xavier-bertrand-on-a-la-possibilite-d-inverser-les-tendances

Article de Maxime Chevrier 

En visite, juste avant, à la fromagerie Milleret , le président du conseil régional des Hauts de France et soutien de Valérie Pécresse, candidate (LR) à la présidentielle, a ensuite maîtrisé, à la perfection, la méthode Coué, devant la presse. « Une campagne se joue à fond jusqu’au bout. Celle-là est hallucinante, avec un président sortant qui refuse de défendre son bilan. La vérité, c’est que plus de 30 % des Français peuvent changer d’avis, et qu’on a la possibilité de renverser les tendances ».

Des tendances qui, pourtant, viennent de placer la candidate des Républicains en 5e , sous la barre des 10% (9,5%) et même en dehors de la marge d’erreur par rapport à Jean-Luc Mélenchon, troisième larron lui aussi à bonne distance de Marine Le Pen.

Alors, Xavier Bertrand croit-il encore vraiment ce qu’il affirme ? « Pourquoi je serais là ? Si je n’y avais pas cru, je ne serais pas devenu président de région. Les sondages m’avaient donné 3e », nous répondait-il.

En insistant sur « la sécurité, le régalien et le pouvoir d’achat, les priorités des Français et pour lesquelles le programme de Valérie apporte des réponses concrètes », l’ancien ministre, certain de la nécessité de « décentraliser un pays qui ne peut plus tout voir depuis Paris », a fait le job.

Les deux sénateurs (LR) de la Haute-Saône l’ont d’ailleurs traduit. « Je le remercie pour son engagement jusqu’au bout, dans cette campagne », a témoigné Olivier Rietmann, quand Alain Joyandet s’est dit « admiratif de la façon dont Xavier, pourtant le mieux placé parmi nous, il y a quelques mois, s’est rangé derrière Valérie, dès le soir de son élection aux primaires ».

Attendu, dans la foulée, en réunion publique à Gray, Xavier Bertrand a finalement annulé. Officiellement pour des questions d’agenda.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Aller au contenu principal