NF_L 2

INVITÉ RTL – Economies d’énergie : les Français « n’ont pas attendu » Bruno Le Maire, tacle Xavier Bertrand

Lundi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a appelé les Français a baissé leur chauffage d’un degré pour limiter leur consommation d’énergie. Xavier Bertrand, soutien de Valérie Pécresse pour l’élection présidentielle, lui répond sur RTL.

 

Article par RTL : https://www.rtl.fr/actu/politique/invite-rtl-economies-d-energie-les-francais-n-ont-pas-attendu-bruno-le-maire-tacle-xavier-bertrand-7900132254

Article de Marie Zafimehy & Alba Ventura

« Il pense que les Français l’ont attendu pour faire attention à leur consommation ? » Invité de RTL, Xavier Bertrand a répondu avec ironie à Bruno Le Maire, qui, lundi 7 mars 2022 appelait les Français à « faire un effort » pour limiter leurs dépenses en énergie dans le contexte actuel de guerre en Ukraine. Il leur préconisait notamment de baisser leur chauffage d’un degré pour baisser la consommation nationale de 8% au total et participer à l’indépendance énergétique de la France.

Selon Xavier Bertrand, le « prix » de l’énergie a déjà conduit les Français à limiter leur consommation. « Depuis des semaines et des semaines vous rencontrez – quand vous n’êtes pas dans vos bureaux – des gens qui vous disent, en particulier des personnes âgées, qu’elles ont dû réduire pendant l’hiver leur consommation de gaz« , a développé l’ex-candidat à la primaire Les Républicains, aujourd’hui soutien de Valérie Pécresse.

« Les Français comptent depuis longtemps », a complété Xavier Bertrand. « Ils n’ont pas besoin des commentaires des ministres en exercice aujourd’hui, ce qu’ils attendent en revanche c’est qu’on les aide avec leur pouvoir d’achat« . Le gouvernement devrait en ce sens annoncer « un bouclier résilient » dont la forme est encore inconnue. Xavier Bertrand préconise lui la suppression des taxes sur l’énergie et les carburants.
Au même moment, Bruno Le Maire participait à une conférence sur l’indépendance énergétique. En préambule, le ministre de l’Economie a insisté : la crise énergétique actuelle marquée par une flambée des prix est « comparable en intensité, en brutalité, au choc pétrolier de 1973« . Selon lui, un deuxième plan massif d’aides publiques, sur le modèle du « quoi qu’il en coûte » à l’œuvre pendant la crise du Covid-19, « ne ferait qu’alimenter l’augmentation des prix ».
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Aller au contenu principal